Ecole du club

Du 20 septembre au 3 décembre, le récit du stage initiation 2011.
dimanche 4 décembre 2011

Après plusieurs séances de pente école à Aujols, à Nuces et près du golf de Rodez, nos 8 intrépides ont réalisé leur premier grand vol le dimanche 27 novembre.

Emilie, Angeline, Tristan, Sébastien, Eric, Thomas, Johan et Julien composent le groupe de stagiaires. Alain et Olivier sont les moniteurs et Christian, Bernard et Jean-Claude les assistent.

Je me suis glissé dans la peau du débutant pour revivre cette expérience

La formation commence par une réunion avec les stagiaires afin de régler les questions d’assurance, d’expliquer l’organisation de la formation et la nécessaire disponibilité pour atteindre le but : voler.

Ça, y est tout le monde a sa licence, son certificat médical, et nous nous retrouvons le 16 octobre sur la pente école de Nuces pour découvrir le matériel et essayer de mettre en forme cet « amas de tissus et de ficelles » au-dessus de la tête ?? Quelle folie !

Bon, Antoine nous fait une démonstration, ça a l’air facile.

J’essaye à mon tour, l’aile se gonfle, tordue, penchée, nous courons dans la pente, la voile s’obstine à ne pas suivre notre trajectoire, et quand nous tirons à l’opposé de sa direction pour la faire revenir dans le droit chemin, elle ne veut rien savoir.

Les moniteurs nous expliquent qu’il faut perdre nos réflexes de « terrien » et faire preuve de psychologie avec ces engins bizarres ??? Ils ont dû fumer !!

Lorsque la voile s’incline sur un côté, il faut aller vers elle, sous elle, pour mieux la contrôler et continuer notre course ensemble.

Il faut aussi la contrôler « en tangage » : gonfler la voile, au début on la croirait scotchée au sol, elle ne veut pas monter, puis elle monte dans mon dos en tirant sur les avants, lentement au début, puis d’un coup, elle accélère et se retrouve au-dessus de la tête, elle nous dépasse et se dégonfle devant nous ? Il faut gonfler, temporiser, contrôler, se recentrer, courir, piloter avec les commandes de frein, savoir ou l’on va , observer le vent………Il faudrait avoir quatre bras et 2 cerveaux !…. Suis-je bien fait pour ça ?

Il fait chaud, les copains se débrouillent mieux que moi……..

Et puis, ça y est la voile se gonfle au-dessus de ma tête et j’ai couru avec elle sur au moins………10 mètres.

Je persévère, je commence à sentir quelques réactions de la bête. Maintenant, je dépasse 10 mètres, se pencher en avant, charger la ventrale, et là quelle sensation, mes pieds quittent le sol, je lévite un cours instant à quelques dizaines de centimètres. Quel Bonheur !

Je reprends confiance, maintenant un petit vent de face s’est installé sur la pente école, tout devient plus facile, la voile s’apprivoise, je réussi presque tous mes gonflages, ça y est, j’ai tout compris...

Je fais des petits vols droits, je dois garder mon cap.

Le vent a tourné au sud, il devient plus capricieux, la voile reprend son autonomie, j’ai l’impression de régresser.

Nouveau week-end, nous allons à la pente de Nuces, nos vols en pente école se passent de mieux en mieux. Les moniteurs nous annoncent le grand vol pour demain....enfin !...déjà !

Nous y sommes à Balsac, Alain et Olivier nous montrent l’attéro, la prise de terrain, la zone de perte d’altitude.....y a des obstacles !

Nous remontons au déco. Les jambes sont molles. Un mélange d’excitation et de crainte nous submerge. Essai radio, rappel du plan de vol, on attend le top du moniteur. Olivier nous libère, c’est parti la voile gonfle, nous sommes attiré par ce vide, cet espace, tout va très vite.

Je me retrouve dans la troisième dimension, la tête vide, Olivier me parle à la radio, s’installer dans la sellette, suivre le plan de vol, voir l’attéro. Alain prend le relai à la radio. Il faut rester concentré, j’ai décollé, il va falloir atterrir.

Je survole la ferme. Alain me guide, faire des 8 pour perdre de l’altitude, ça tourne, J’ai l’impression que l’aile s’incline beaucoup. « Ok maintenant vient attérir, » c’est la finale droite. Le sol monte rapidement. Je freine comme sur la pente école. Je suis posé. Libération, plénitude.

Quelle sensation !

3 vols s ’enchainent.

Samedi 3 décembre notre dernière journée de stage init, nous ferons un vol à Balsac. Ensuite le vent forcit. Nous faisons la pause repas en espérant que le vent se calme un peu.

Pendant que les monos font des « wagas » dans le dynamique généreux, le pique nique s’organise à l’abri d’une haie. Là on voit que notre expérience est bien meilleure qu’en parapente et chacun a amené un petit plus pour le repas : soupe chaude, vin, gateaux maison, vin chaud, café.

Quelques anciens nous ont rejoint. Pas de chance, en début d’après-midi la pluie arrive nous empêchant de réaliser d’autres vols.

Le stage perf commencera à la mi-mars. Une journée de retrouvailles et de vol est prévue d’ici là.

J’ai hâte de recommencer.


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 20 septembre 2016

Publication

108 Articles
Aucun album photo
3 Brèves
14 Sites Web
18 Auteurs

Visites

0 aujourd’hui
15 hier
39031 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés